Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

King Crimson: retour vers le futur

Pourquoi diable 3 batteurs dans cette version septette 2016 de King Crimson?
Quelque soit le genre musical, cette configuration live est très inhabituelle. Mais elle permet au groupe de réinventer efficacement 40 ans de répertoire. 
Le leader Robert Fripp s'était longtemps montré sévère envers les dinosaures du rock, se faisant un point d'honneur à repartir de zéro lors de chacune des nombreuses reformations du groupe avec de nouveaux musiciens, ne conservant du passé musical que l'exigence et l'attitude. Ainsi il surprend en consacrant une tournée à des reprises (quoique la set-list, qui fait la part belle aux années 60/70, élude à peu prêt les années avec Adrian Belew non convié à se joindre à cette occasion). Donc une vieille musique mais en habits neufs, à la différence du choix que fait un Paul Mc Cartney qui pour sa part colle au plus près des arrangements originaux pour satisfaire la nostalgie supposée des fans. Ici les batteurs viennent bousculer les morceaux, en ponctuation, attentes, contradictions, accélérations et commentaires rythmiques. A cet égard, la ré-interprétation d' Indiscipline constitue une belle leçon de tension, frustration et délivrance. Au jeu du reboot, seul "In the court of crimson king" résonne comme une concession-nécessaire? superflue?- à la nostalgie. Rétrospectivement un hommage à l'un de ses créateurs, Greg Lake, disparu quelques jours après le concert. Pour le reste, 21th century shizoid man pourrait avoir été écrit hier, où à la même période de the construction of light, aussi abrupt et radical.
Les pièces s'enchainent cohérentes, compactes et exigeantes avec quelques respirations et épitaphes, dans cette fusion abrupte trans-genre musical, dans cet équilibre qui privilégie le sens du collectif et la virtuosité d'ensemble. Le vétéran Mel Collins se joint aux stridences et dissonantes plutôt que de bavarder en soliste. Ni chanteur tragique ni guitar hero, Robert Fripp reste obstinément collé à son tabouret, et ne délivre de soli que nécessaires. D'autant plus impassible que la musique se fait furieuse. Mais en terme de dramaturgie de concert rien de plus spectaculaire qu'un percussionniste, la musique rendue visible par les gestes et l'engagement physique, en évidence générosité et précision. Ainsi les 3 batteurs sont installés en avant-scène. 

paris2aud1-w880.jpg

 
Comme on est à Pleyel, on ne danse pas même, quand est repris Héroes de David Bowie, avec son larsen d'orgine. Mais quand Tony Levin nous photographie. on sourit
 
 Element of King Crimson, concert à la salle Pleyel le 4 décembre 2016
 
 
 
Photo trouvée sur le site de Tony Levin

Commentaires

  • souvenir d'une époque où les cheveux tombaient tout en souplesse et bouclettes sur les épaules avant qu'ils ne se raidissent et se raccourcissent lors de l'ère punk

  • D'où le recrutement d'un chanteur encore bien chevelu, pour faire pendant à la coupe sévère de Robert Fripp?

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés entre 00 h - 06 h (Europe/Paris).

Optionnel