Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 24 juin 2016

Machine sensible

L'accueil est vibratoire, avec des sensations aiguës et noires: des corps en rupture posés ça et là. Absorbés en intra-performances, plus en dedans qu'en représentation, au bord d'un contact intime avec nous spectateurs. Transition: ils convergent pour faire forme ensemble, créent des contours tremblants, genres brouillés. Les émotions fusent, mais creusées à revers, moins en langages articulés qu'en attitudes et manifestations brutes, la culture fragmentée en souvenirs. L'expression se réinvente. Des nudités surgissent, brusques et morcelées. Soutenues par des boucles musicales et des invitations murmurées, les séquences s'enchainent lancinantes. Peu à peu, je vois autrement, et peut-être au delà. La chorégraphie est poignante et rugueuse- elle ne ment pas- l'œuvre collective, furieuse et généreuse. Jusqu'à l'invitation à la danse.
 
mains d'oeuvres,performances,danse
 
 
Réel Machine par le collectif corps collectif vu à Mains D’œuvres le 24/06/2016. 
 
Guy
 
photo par Dominique Sécher avec l'aimable autorisation du collectif

11:36 Écrit par guy dans Breve | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mains d'oeuvres, performances, danse |  Facebook | |  Imprimer | |

lundi, 30 mai 2016

A la folie

Il y a ici une qualité rare: la lisibilité. Sensible, dans le voisinage paradoxal du foisonnement, de la complexité. Wajdi Mouawad creuse à la source de la tragédie relit l'Iliade, et Sophocle. Avant que le verbe soit, un homme et chien aboie, animal de rage et de douleur. La parole peut il le libérer de la folie? Peut-elle réparer les déracinements, les humiliations et les injustices, telles celles faites à Ajax? Les médias, en quatre déclinaisons parodiques, commentent en bruit de fond ce cabaret poétique, mais c'est à nous d'en tirer le sens. Interrogés par la voix insolente et libre de cet exilé du Liban, de la France et du Québec, par des images grotesques et épiques, sur l'identité qui doute, sur les retours au pays, de Thèbes à l'Algérie. 
 

wajdi mouawad,théâtre de chaillot,théâtre

 
Ajax Cabaret de Wajdi Mouawad au théâtre de Chaillot le 27 mai 2016.
 
Guy
 
Photo de Pascal Gely avec l'aimable autorisation du Théâtre de Chaillot

samedi, 28 mai 2016

A table

Rebecca Chaillon franchit d'évidence les lignes rouges- tant mieux- et pas seulement celles matérialisées par les fils qui structurent l'espace de la scène. Direction droit vers des zones intérieures, des appétits sans pudeurs. Ce soir est fouillée la fascination pour les "monstres d'amour" qui "aiment à la vie et à la mort", jusqu'à détruire, dévorer. L'entrée en cérémonie dans un demi-cercle de bougies n'atténue rien de la violence de l'engagement qui suit. Je croyais pourtant être blasé. La mise en scène goute à tous les langages jusqu'à la boulimie, et il y aurait de la vidéo à laisser. Mais pourquoi s'en étonner? C'est un appétit salvateur, dans l’excès. L'expression d'une sensibilité qui affleure, autour de la difficulté d'être et d'aimer.
 

monstres amour.jpg

 
Monstres d'amour de Rebecca Chaillon, vu au Théâtre Paris Villette le 12 mai 2016
 
Guy
 
photo avec l'aimable autorisation de la compagnie

17:16 Écrit par guy dans Breve | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | |

samedi, 07 mai 2016

Love is Comedy

La relation amoureuse: les pièces de Leila Gaudin ont, pour de vrai, des sujets, pas les plus faciles au demeurant. Des sujets au pluriel: de l'obsession solitaire envers l'objet désiré, aux ajustements des corps et des caractères, à la construction sociale du couple dans le regard d'un tiers, les nuances et les glissements sont traduits ici sur la palette des disciplines et procédés employés. Sans ruptures de style, la comédie et la vidéo montrent ce qui est le plus évident, la danse et le mouvement suggèrent ce qui est plus subtil, fuyant. En commun, conciliés, la drôlerie et l'engagement. 

 

leïla gaudin,regard du cygne

I love You, de Leïla Gaudin, vu au Regard du Cygne le 17 mars 2016 avec les Journées Danse Dense pour les festivals Signes de Printemps et Incandescences

Guy

photo de Jean Gros Abadie avec l'aimable autorisation de la compagnie

17:36 Écrit par guy dans Breve | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : leïla gaudin, regard du cygne |  Facebook | |  Imprimer | |

mardi, 03 mai 2016

Trouble à l'usine

Cécile Volange travaille à la chaine, Madame Merteuil dirige l'usine. "Je suis une force de travail", dit l'ouvrière... Dans une pièce "politique", les personnages se reduisent-ils que des concepts distanciés? Par leur voix le texte pose lourds les enjeux, texte cadencé comme le bruit lancinant de la chaine de montage de Volange, texte martelé en redites. Mais les mots imposés d'ailleurs se perdent, restent les corps dépossédés, leurs contradictions et leurs troubles, ici incarnés avec un bel engagement. Ce qui m'intéresse ici, ce n'est pas tant l'économique dénoncé- rendements et délocalisation- que l'exposition des rapports inévitables et invisibles entre travail et intime. Avec rigueur et cruauté, la pièce porte les "rôles" professionnels jusqu'aux points d'exacerbation du pouvoir et du désir. Les références aux liaisons dangereuses prennent alors tout leur sens. La scénographie froide campe l'espace personnel et familial de Volange comme un champ de gravas et ruines. Comme les autres personnages réduits par cette aliénation à leurs mécanismes, elle offre sa dévotion comme ses gestes et son corps à l'usine.
 
Erwin Motors, Devotion de Magalie Mougel mis en scène par Maxime Contrepois, vu à la Loge le 26 avril 2016
 
Guy

22:13 Écrit par guy dans Breve | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la loge, théatre |  Facebook | |  Imprimer | |

lundi, 02 mai 2016

Vers le silence

Le batteur est il vraiment le gardien du tempo? Les baguettes de Christan Vander déjouent cette attente, s'évadent et nous emportent, avec fougue et subtilité, déraisonnées. Le rythme est implicite, intérieur. Les accélérations et ponctuations véhémentes, le soulignent et le tendent, jusqu'à suggérer l'illusion d'un imperceptible silence, juste l'espace d'une micro seconde, ou l'existence d'une éternelle vibration, comme l'atteinte mais aussitôt perdue d'une perfection. Chaque fois une fin et une renaissance. L'émotion commande, servie par la technique: les premières notes de Naima résonnent, mais bientôt on se sait quand et comment le rythme lent de l'introduction s'est accéléré vers l'acmé.
 
Surtout cette musique célèbre et suspend avec respect et dévotion un moment clé du passé, lorsque que le jazz atteint un sommet de passion, aperçu de l'absolu, porté le quartet de John Coltrane, Mac Coy Tyner, Jim Garrison et Elvin Jones, dont les musiciens ce soir reprennent les rôles. Cette pièce, récréée se joue depuis des années.
 
 
Christian Vander quartet : Laurent Fickelson – piano ; Jean Michel Couchet  saxophones ; Emmanuel Grimonprez – contrebasse; Christian Vander: batterie au Sunset le 29 avril 2016
 
Guy

dimanche, 24 avril 2016

Ligne Son

Un contribution de François:

Cela se passe dans un lieu underground : une cave exigüe aménagée en petite salle de concert, sous un rez-de-chaussée occupé par les bureaux de traducteurs maniant le russe, l’ukrainien, le tamil, le pendjabi ou l’hindi.

Il s’agit de musique improvisée et expérimentale proposée par trois artistes. A ma gauche Julien Belon, claviériste, qui grâce au développement des processeurs et des mémoires digitales, dispose d’un outil puissant capable de réagir aux différentes pressions de ses doigts et de brasser et restituer de manière en partie aléatoire des centaines (des milliers ?) de sons stockés et triés dans son ordinateur. Au centre, Judith Kan, qui met sa voix et son corps au service de l’aventure. A ma droite, Cynthia Caubisens, pianiste,  qui prolonge la longue tradition des pianos bricolés et convie aussi la tradition japonaise des cordes, le kinbaku connu aussi sous le nom de shibari.

Cynthia Caubisens anime le projet ‘ligne courbe’ , espace de rencontres dédié aux pratiques de l’improvisation musicale, qui se concrétisent surtout à Lyon mais qui à l’initiative de Judith Kan se produisent pour un soir dans cette cave parisienne. La démarche de Cynthia ne se cantonne pas à la musique mais aborde avec audace les rivages d’autres territoires. J’ai lu quelque part que le concept de l’œuvre hybride est obsolète. Il convient maintenant de parler d’œuvre transgenre. Quel que soit le terme choisi, c’est de cela dont il s’agit lorsque l’on contemple les 112 mètres de cordes tendues et nouées à travers la pièce en une sorte de toile d’araignée qui crée un réseau de forces et de tensions entre différents points de l’espace, à comprendre comme une métaphore d’un autre réseau de liens, celui qui se tisse entre les personnes présentes ce soir-là. ‘Des lignes explosives , figeant dans l’air des sons, pour mieux les donner à voir’ me dit Cynthia.

Les trois artistes se produisent dans toutes les combinaisons possibles de jeu à deux ou à trois (quatre possibilités donc). Rien n’est écrit à l’avance et rien ne sera jamais identique. Ce que je vis pendant ces moments est aussi ineffable qu’un rêve deux heures après le réveil : les mots sont des outils inaptes à décrire l’expérience. Plongé dans un présent pur, le spectateur écoute les sons en appeler d’autres pour ouvrir peu à peu les portes sur un univers mental onirique plein de formes, de mouvements et d’émotions. Synesthésie ! Tout l’éventail imaginable des sons possibles semble être expérimenté et pratiqué. Cynthia triture son piano de mille façons ; par ses manipulations, elle dresse une sorte d’inventaire des traces sonores que les divers objets utilisés laissent lors de leur confrontation à l’instrument. Judith tout à la fois suffoque, mugit, grommelle, craquette, vocalise, je ne sais quoi d’autre encore. Julien, les yeux fermés, rend visite à son âme en nous envoyant des décharges de timbres inouïs. Ce paysage s’évapore lentement lorsque le silence revient.

cynthia caubisens 4 2avr16.jpg

Au souvenir de cette performance me vient à l’esprit le vers de Friedrich Hölderlin si souvent cité : ‘mais poétiquement toujours sur terre  habite l’homme’. Oui, il s’agit bien d’habiter poétiquement le monde.

François

Cynthia Caubisens, Judith Kan et Julien Belon, vus et entendus le 2 avril à Tiasci, espace dédié à l’improvisation libre et aux musiques traditionnelles, soirée en collaboration avec 'ligne courbe'

09:56 Écrit par guy dans Contribution | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | |

samedi, 02 avril 2016

ça colle!

Selon le pari du festival un chorégraphe, un écrivain tentent la rencontre. Ici sur un mode de fiction amoureuse, chacun dans le personnage de sa fonction. Elle souveraine et féline, garde le contrôle, l'attire et le porte, le frôle et vole, mène le pas de deux. Moqueries caressantes, mais bienveillance en action. Lui fait le grand gauche, qui parle et saoule, s'étourdit de mots, agite Schopenhauer et Platon. Paroles, paroles: les gestes l'emportent. Le contact se joue drôlement entre toutes parties du corps, se prolonge en une joyeuse danse, emportée par la voix de Sam Cooke. La danse fait vivre plus longtemps.
 
It's a Match créé par Raphaëlle Delaunay et Sylvain Prudhomme pour le festival Concordan(s)es, vu au Colombier de Bagnolet le 25 mars 2016.
 
Guy
 
Prochaines représentation le 6 avril, à 15H à la bibliothèque André Malraux des Lilas , et à 19H au Centre National de la Danse (Pantin).

dimanche, 27 mars 2016

Métamorphoses

Merci à François Pluntz pour ce texte:

Tout en présentant pour la première fois une pièce en duo, avec Alessia Pinto, Sofia Fitas poursuit le chemin entamé dans ses œuvres précédentes, avec constance, cohérence et une profonde intégrité.

Dès les premiers instants d’Experimento 4, je retrouve les éléments de son langage chorégraphique aperçus dans la pièce Que Ser ? Corps sans tête, emballés dans des vêtements sombres, figés dans leur obscure verticalité forestière. Timides rayons de lumière, vecteurs de mon regard ainsi aimanté en direction des mains et des doigts que l’imagination ne tarde pas à voir aussi bien en excroissances morbides et monstrueuses qu’en protubérances végétales ou coralliennes. Le corps ne se dévoile pas. La seule chair humaine offerte au regard est celle de ces quatre mains, qui soudain surgissent du noir dans un éclair incertain ou apparaissent au détour d’une épaule ou d’une hanche dans un mouvement aussi lent que celui d’un soleil levant. Chez Sofia, le visage n’existe pas, comme pour interroger une autre façon d’être homme ou femme, sans celui-ci.

experimento 4.jpg

Peu à peu les deux troncs humains, plantés à une distance respectable l’un de l’autre, abandonnent leur rigidité immobile ;  ça s’électrise, ça ondule, ça spasme. Sons épileptiques en accord. L’énergie sort de ces monolithes en saccades. Et ça se calme.

 Se produit alors ce que je n’avais pas vu dans les pièces précédentes de Sofia : le déplacement. Rien d’aérien néanmoins: écrasées par le poids de la gravité, les deux créatures devenues insectoïdes, rampent et se translatent avec lenteur vers leur point d’intersection. Elles se rejoignent, s’accouplent, fusionnent et donnent naissance à une nouvelle créature qui se fige, statique. Elles finissent pas se détacher l’une de l’autre pour repartir seules vers leur point d’origine, en ondulations reptiliennes.

L’accompagnement sonore introduit les bruits de la mer et de ses vagues infinies (Mar Português ?) ou les sourds grondements telluriques d’un volcan en germe. Il renforce la puissance poétique de la pièce qui me laisse face au sentiment d’assister à la naissance du monde. Je remonte l’échelle du temps, là où terre et eau n’ont pas encore bien choisi leur territoires respectifs ; là où apparaît la vie et là où elle se transforme peu à peu, source de toutes les métamorphoses possibles, là où le minéral, le végétal, l’animal se mêlent encore dans un magma indistinct et provisoire, d’où un jour émergera l’humain.

 Dans une absence totale de procédés spectaculaires et aguicheurs, Experimento 4 nous transporte dans le monde des origines et nous met face au devenir incertain d’un vivant en transformation permanente. Les procédés employés plutôt minimalistes forcent à l’attention: la force d’évocation de la pièce n’en est que plus remarquable.

François

Experimento 4 – version courte, de Sofia Fitas, interprétation Sofia Fitas et Alessia Pinto, vu le 22 mars 2016 au théâtre le Colombier de Bagnolet, dans le cadre du festival Les Incandescences

Photo de Ségolène Gessa avec l'aimable autorisation de la compagnie

20:51 Écrit par guy dans Contribution | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sofia fitas |  Facebook | |  Imprimer | |

lundi, 21 mars 2016

HS (Épilogue aux entretiens avec Katalin Patkaï)

Quand Katalin Patkaï crée HS en février dernier au Générateur, il me faut un peu de temps pour prendre conscience qu'il s'agit en un sens de la conclusion de nos entretiens initiés pas loin de deux ans auparavant. Je me demandais pourquoi cela avait pris tant de temps, même après sur des heures d'enregistrements plus d'heures encore de transcription, de collage et de rédaction pour tenter d'être plus fidèle que le texte. Puis le projet qui reste en pause, passé en arrière-plan des vies et envies de l'une et de l'autre. Enfin à l'approche de la création d'HS, K. qui revient, relit et corrige sans rien censurer, juste les formes et rien du fond. Car il y avait là pour elle bien plus qu'un moyen de promotion: une nécessité de sincérité qui tenait à la pièce ... Plutôt j'ai pris conscience que les entretiens en constituaient la préparation. Non seulement parce que cette pièce en gestation, K. m'en parlait tout au long des entretiens, même quand nous n'avons pas Ernesto dans les pattes. Non seulement en raison de la logique qui venait peu à peu au jour dans ce cheminement artistique, partant des pièces au sujet du genre, des femmes, des mères (M.I.L.F.), de l'innocence (Jeudi), jusqu'à l'aboutissement d'aujourd'hui. Je comprends maintenant que parler sans retenir faisait partie du travail de création d' HS. Il fallait ce temps là. Ce que K. livre sur scène avec cette pièce est la chose la plus intime qui soit: le fruit de sa chair, et l'amour le plus absolu qui puisse exister. L'enfant. La mise en scène, les textes, la drôlerie, ne peuvent faire diversion, masquer ce fait. Le travail de mise en scène est ici nécessaire, il n'est pas essentiel. Ce travail dessine juste un cadre autour de ce qui est important, au vrai travail, celui de l'accouchement. L'enfant chahute, s'échappe des jupes de sa mère, prend son vélo, roule son chemin autour de nous et fait exploser le cadre de la scène. Il grandit déjà et bientôt cet instant ne sera plus. Ni la pièce. Tout fuit, incertain. C'est cela le plus important et après cela il n'y a plus de secret qui tienne en paroles, ou sur scène K. où ose, dit son age- plus fort que de se mettre à poil- parle de son père. Des proches la lisent et la comprennent mieux. De mon coté, il me faut un peu de temps. Attendre quelques semaines plus tard, de revoir K., et comprendre. Sans doute comprend-elle de son coté qu' HS, dans sa radicalité, comme un don impudique qui porte en lui sa fin, sera peu compris. Mais il suffira qu'il soit assez aimé.

HS créé par Katalin Patkaï le au Générateur de Gentilly dans le cadre de Faits d'hiver, sera joué à nouveau au Regard du Cygne le mardi 22 mars à 14h30 dans le cadre du festival Signes de Printemps

Guy

20:17 Écrit par guy dans Breve | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : kataline patkaï |  Facebook | |  Imprimer | |