Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'Eden d'avant Adam

S'imposer sur scène dés avant l'arrivée des spectateurs, avec tant de force et sérénité, c'est d'abord affirmer une sensation de réel, une continuité d'avant la représentation. Un état stationnaire. Aussi déjouer d'emblée par la nudité en pleine lumière, toute interprétation érotique pour s'affirmer ailleurs. D'évidence dans le domaine du féminin, de la communauté, en toute égalité. It's a woman's world.
 

danse,danse contemporaine,marinette dozeville,faits d'hiver,carreau du temple

Tranquilles, elles mangent: pommes, raisins, fruits du jardins... Est-ce ici une utopie? Dans cet Eden: ni homme, ni péché, ni serpent et c'est bien ainsi, pour laisser place nette à d'autres enjeux. Le texte de Monique Wittig me traverse sans vraiment m'éclairer, comme musical il me laisse des repères évocateurs. Ces mots me renvoient à la sororité: diversité des corps de tous âges et tempérament, des peaux claires ou mates, mais que les gestes unissent. Ce soir les regards, mouvements et énergies de chacune semblent s'offrir avant tout au groupe. Nous en sommes les heureux témoins, à l'orée de la clairière. La communauté se constitue en cercle, se divise, apprend des contributions de chacune, s'étire et revient. Ces modulations s'épanouissent avec une grande richesse. Les bassins ondulent lents, les protocoles se transmettent en duo-miroir, figurent des échanges d'où rapports de force sont absents. Il y a de la vigueur pourtant, quand les amazones s’entraînent pour un combat qui ici n'aurait pas à être livré, courses, rougeurs, sueurs et claquements. Mais une vigueur joyeuse, sans violence. Avec amour.
Sans doute qu'on ne nait pas sœurs, qu'on le devient.
 
 
Amazones: conception et chorégraphie Marinette Dozeville. Interprétation Léa Lourmière, Elise Ludinard, Florence Gengoul, Frida Ocampo, Delphine Mothes, Lucille Mansas, Dominique Le Marrec. Musique Dope St Jude. Voix Lucie Boscher, Dope St Jude. Conseillère artistique Julie Nioche. Dramaturge Rachele Borghi.
 
Vu le 2 février au Carreau du temple avec le festival Faits d'hiver
 
Guy
 
 
Photo de Marie Maquaire avec l'aimable autorisation de la compagnie

Commentaires

  • Bonjour Guy, ton site n'étant pas sécurisé, on ne peut le partager... Je crois qu'il faudrait lui ajouter un plug in et que ça le ferait... Merci en tout cas pour ton écrit ! Bien à toi, Marinette

  • En fait Marinette, le blocage par facebook et instagram date de mon post de septembre 2020 dans lequel je chroniquais "Pucelle" de Florence Dupré La Tour et "Extases" de
    Jean Louis Tripp, deux récits autobiographies en bd ( donc l'un feminin, l'autre masculin, sur le thème de la découverte de la sexualité). A mon avis, le partage est donc suspendu plus des raisons "morales" que techniques. Mais si tu connais un moyen... Bravo et merci pour la performance, j’espère pouvoir venir au Générateur pour voir ta prochaine pièce.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés entre 00 h - 06 h (Europe/Paris).

Optionnel