Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Maison ouverte

S'agissant de "Close": tout est fait pour intriguer: le sujet un brin coquin, l'adresse secrète jusqu'à la veille, le concept de théâtre immersif, surtout la question du comment... Comment faire participer les spectateurs libres de leurs mouvements non à une expérience ouverte de performance, mais aux contraintes d'une narration déplacée de la scène à un espace partagé.
Les solutions pour réussir cette immersion sont bien pensées. D'abord installer le sentiment de mystère puis de réalité: placer l'action durant la grande guerre dans une maison close... mais qui nous est ouverte: car nous ne sommes pas spectateurs mais invités à un mariage privé. Par un efficace renversement, nous portons tous des masques, devenus ainsi costumés comme des personnages, fait de fiction, et cette protection aussi encourage une certaine désinhibition. Symétriquement les acteurs portent eux visage nus, et s'adressent à nous familièrement, prêts à dialoguer. Ainsi immergés, nous déambulons dans les lieux de l'action: ni scène ni coulisses mais différents lieux (plus ou moins) accessibles. Ou nous prenons un verre, discutons, et nous risquons peut-être à participer. C'est là que joue la mécanique du récit, bien réglée: à l'intrigue principale (que l'on se garde de dévoiler) dont les moment clés se déroulent dans la grande salle, se greffent des épisodes secondaires dans les autres pièces, nous pouvons y prendre part... En théorie car- et c'est là que le concept se trouve victime de son succès- nombre de prétendants se retrouvent refoulés compte tenu de l'affluence. Ils doivent se consoler de leur frustration avec les numéros de cabaret dans la grande salle, logique Disneyland...
Surtout toute la réalité peut s'installer grâce au soin apporté aux détails: minutie des décors, phrasé, tics de langage d'époque, aisance des acteurs pour interagir de plain pied. Plus que les grands concepts, la qualité de exécution, méthode souvent anglo-saxonne, à se fier au souvenir de visites de monuments nord-américains animés par des personnages "d'époques".  Le théâtre immersif existe, j'y ai plongé.

Close_Big Drama_5.jpg

 
 
Close mis en scène par Ariane Raynaud, vu dans un lieu parisien secret le 24 avril 2019
 
Guy
 
Photo d'Alessandro Clemenza avec l'aimable autorisation de la compagnie

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés entre 00 h - 06 h (Europe/Paris).

Optionnel