Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La vie sur les os

Elle porte les fleurs comme des épines, et son corps comme une extase, à l'ultime douleur. Oui elle offre, sans tricher, place les enjeux à hauteur de l'existence. Ni compromis ni contingences, le gris de la peau s'écorche aux aspérités des murs, s’abîme en chutes brutes. Il y a alors un bruit qui claque, qui rythme la poésie convulsive qui lui vient aux lèvres, telle une blessure qui se répand en une médiation à voix haute, échevelée, de sauts en abandons. Tout cela na rien de triste, la vie l'agite dans toute son intensité. Presque nue, lucide, absolue, toutes vertèbres à vif, que lui reste-t-elle à donner, la peau tendue sur ces os, à retourner, à écorcher? Encore une respiration lourde la soulève, les muscles se tendent et saillent et rien du corps n'est superflu, ne reste que ce corps, et tout ce corps. Son sourire rit aux éclats, de férocité et sauvagerie, se donne yeux dans les yeux. Comme chacun elle disparait, l'image persiste.

Je ne danse pas, j'offre mes os , mes par Jean Daniel Fricker, interprété par Céline Angèle vu le 21 mai 2019 à l'espace culturel Bertin Poirée

Guy

60938854_1071831106334186_1884862259163824128_n.jpg

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés entre 00 h - 06 h (Europe/Paris).

Optionnel