Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mazine

  • Stand Up!

    Bonjour, je m'appelle Guy, vous êtes mes lecteurs, je vous aime, et j'ai vu- pour moi une première fois- un spectacle de stand up, avec Mazine puis Mahaut: c'est un genre libre mais très codifié, des jeunes gens qui parlent au public seuls debout devant un micro sur pied, et sans décors, accessoires tolérés (ils ont juste le droit d'être habillés sans pour autant être costumés) et chacun s'accommode à sa façon de cette limitation dans le jeu: Mazine, bien campé, joue bien du minimalisme,il s'autorise tout juste à sourire et Mahaut plus physique flirte joliment avec la contrainte, toujours au bord de s'en évader, bouge en féminité. Ils me parlent- et bien sur à mes voisins- en flux continu, sans s'arrêter, comme les chaines d'information: un mot, puis une phrase, en entrainant une autre par associations d'idées- un peu comme dans cette chronique- à presque me faire croire à tort à force de transitions acrobatiques qu'ils improvisent leurs textes (biens écrits), c'est en tout cas agréablement étourdissant. Ils prennent quand même le temps de respirer, donc marquons une courte pause...
    Donc: ils me parlent de beaucoup de sujets, de leur vie, de politique... Je suis moins intéressé quand ils me parlent de politique- je comprends qu'ils le fassent car c'est un sujet universellement partagé, et installé dans les codes du stand up, mais qui se trouve justement banalisé, où il est difficile de s'affranchir du "politiquement correct"; je ris bien mieux quand ils me racontent des histoires censées leur être arrivées. Parce qu'ils me parlent d'eux... mais pas vraiment. Ils parlent à la première personne, leur parole vient d'un je mais qui n'est pas vraiment le leur. Ils construisent des personnages, tournés en dérision avec le récit de (més)aventures qui leur sont plus ou moins vraiment arrivées. C'est la version live de l'autofiction. Mazine, tout en cynisme, nous dit d'emblée qu'il est arabe pour aussitôt revendiquer de ne pas être réduit à cette seule identité. Mahaut ouvre le show en déconstruisant son (vrai) prénom. Très parisienne, paraphrase de Nietzche à la clé, elle raconte une course effrénée de terrasses en soirées, en rupture de bcbgisme. Mazine met en scène un papa intimidant, Mahaut fait beaucoup parler une maman qui n'est pas vraiment sa vraie maman (quitte à déstabiliser la maman véritable qui est justement l'amie que je ce soir viens soutenir ici, elle même venue découvrir et soutenir la version scénique de sa fille, toutes deux donc fictionnées). A un moment ou un autre ils s'arrêtent et on applaudit...
    Et surtout, heureusement, Mazine, Mahaut sont très drôles, ils sont jeunes et beaux, je les aime aussi.
     

    mahaut,mazine,stand up

     
    Mahaut, précédée de Mazine, vus le 29 mars au petit théâtre du Kibélé avec Kandidator.
     
    Guy
     
    photo de Mahaut avec l'aimaible autorisation de sa maman