Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

performances

  • il y a de la vie dans l'espace

    Tout est possible, ces tentatives, plus ou moins, qui s'enchainent et se déchainent. Proches performances,le générateurde la vie. Foutraques et immédiates, spontanées et sans appel. Même si elles commencent à l'économie, telles les lumières des apprentis Fratellini, ou s'enflamment ou font long performances,le générateurfeu, elles démentent le mauvais présage- anagramme-de David Noir qui habillé en rat se résigne au génocide de l'art, faute de résultats. Tant qu'il y a des performances il y a de l'espoir... De l'argent, on ne sait (à part les pièces que Thomas Laroppe se met au performances,le générateurcul), mais de l'espace surement, généreusement, celui du Générateur s'ouvre grand. Dedans ça s'envole et plane ou tombe à plat, mais rebondit plus loin, librement. Dans cette utopie on surprend des répliques et des échos, des rencontres entre personnages qui s’entêtent à rester. Mais il faut accepter de se déplacer, oser pivoter d'attentes et de perspective, désobéir aux consignes et aller voir ce performances,le générateurqui surgit, s'achève ou se prépare. Intervenir, d'un coup de crayon sur la peau corps d'une belle sur piédestal. Accepter le télescopage, digne pourtant, entre des moments loufoques et ceux graves soudains, lorsque nous sommes invités à nous pencher sur les dessins d'une jeune personne disparue.  

    C'était Show Your Frasq, performances de Bernard BOUSQUET • Sarah CASSENTI • Sonia CODHANT • Lotus EDDE-KHOURI • Deed JULIUS & Olivier CHEBAB • performances,le générateurJulien HAGUENAUER • Thomas LAROPPE • Cyril LECLERC • Christophe MACÉ • Julie MONDOR • David NOIR • Élizabeth SAINT-JALMES • Delphine SANDOZ • Biño SAUITZVY et 10 apprentis de l’Académie Fratellini* • Alessia SINISCALCHI • Adrien SOLIS • Alberto SORBELLI • Anna TEN • Nadia VADORI-GAUTHIER & Margaux AMOROS au Générateur, le 24 mars 2018.

    performances,le générateurGuy

     

  • Mangez moi

    2016-11-12 20.25.37.jpgOù ailleurs qu'au Générateur? Ce soir l'appétit y est requis, tous espaces investis par des propositions goûteuses et consistantes, inattendues. Libre absolument, 2016-11-12 20.43.29.jpgon flâne et déguste ce que l'on veut, avec la bouche, avec les yeux. La liberté de picorer ou baffrer. Retrouver l'avide innocence du nourrisson qui tête le sein de sa mère- belle entrée en matière, où accepter de prendre le micro pour lire des mots gourmands qui aiguisent les sens. Tenter le blind test au stand de charcuterie, ou, plus engageant, prélever dignement les légumes et saucissons qui habillent encore la 2016-11-12 20.42.06.jpgnudité de deux corps. Voir toutes les actions en cours, de la préparation en cuisine au repas romantique, voir les 2016-11-12 21.46.39.jpgvidéos qui insinuent et plus les rapports entre sexe et ingestion. Écouter, en lisière du sujet principal mais non moins savoureux, le témoignage de l'indispensable "amie noire" d'un certain politique. Rire aussi. Puis danser. Où ailleurs que dans cet espace, vivre un tel désordre créatif qui privilégie le sens au bon goût? Où voir un travail artistique y déployer ses choix si déraisonnablement? Celui de Rebecca Chaillon et de sa compagnie a de l'estomac. Il se nourrit de cette rencontre provocante et 2016-11-12 21.55.49.jpgpoétique entre l'idée et la corporalité, qui lui donne réalité. L'appétit ne suffit pas, il faut pouvoir digérer.2016-11-12 20.37.34.jpg

     
     Plus gros que le ventre- soirée de performances et installations conçue pour les 10 de la compagnie Dans le ventre par Rebecca Chaillon & Charlie Chine, au Générateur de gentilly le 12 novembre 2016.
     
    Guy
     
    photos GD
  • Machine sensible

    L'accueil est vibratoire, avec des sensations aiguës et noires: des corps en rupture posés ça et là. Absorbés en intra-performances, plus en dedans qu'en représentation, au bord d'un contact intime avec nous spectateurs. Transition: ils convergent pour faire forme ensemble, créent des contours tremblants, genres brouillés. Les émotions fusent, mais creusées à revers, moins en langages articulés qu'en attitudes et manifestations brutes, la culture fragmentée en souvenirs. L'expression se réinvente. Des nudités surgissent, brusques et morcelées. Soutenues par des boucles musicales et des invitations murmurées, les séquences s'enchainent lancinantes. Peu à peu, je vois autrement, et peut-être au delà. La chorégraphie est poignante et rugueuse- elle ne ment pas- l'œuvre collective, furieuse et généreuse. Jusqu'à l'invitation à la danse.
     
    mains d'oeuvres,performances,danse
     
     
    Réel Machine par le collectif corps collectif vu à Mains D’œuvres le 24/06/2016. 
     
    Guy
     
    photo par Dominique Sécher avec l'aimable autorisation du collectif