Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Breve

  • Un mois en X

    Octobre 2019 est un mois très gaulois. On fête le 60ème anniversaire de la naissance d'Asterix, le nouvel album de Conrad et Ferri, le relooking de stations de métro, même des timbres postaux.... Une bonne occasion de revenir aux sources: lire la réédition très augmentée (superbe iconographie et interview de 2015) des entretiens du co-créateur Albert Uderzo avec Numa Sadoul. On trouve bien sur à cette lecture un fort intérêt historique et artistique avec une porte ouverte sur l'atelier d'un artisan modeste et consciencieux... et dessinateur de génie, qui livre sans réticences ses secrets de fabrication. Mais sentimental aussi. Non seulement parce que nous avons tous grandis avec Asterix et Obelix, mais aussi grâce à l'auto-portrait d'un artiste si discret, aussi attachant que ses personnages, sensible et ombrageux. Et au souvenir de sa forte relation avec René Goscinny, avec le récit d'une émouvante fidélité.

    Il fallait la méthode éprouvée d'accoucheur de Numa Sadoul pour obtenir ce résultat. Numa Sadoul est écrivain et auteur de nombreux livres d'entretiens (Hergé, Franquin, Giraud/Moebius, Gotlib, Tardi...), metteur en scène d'opéra et de théâtre.

    Uderzo l'irreductible- Entretiens avec Albert Uderzo l'irreductible par Numa Sadoul chez Hachette

    Guy

    2019-10-19 09.50.41-2.jpg

     

  • Retour dans la forêt

    Comme le montre ce soir l'interview perplexe de Viviana Moin par une journaliste nommé Héléna Villovitch (d'ailleurs interprétée par Héléna Villovitch), son art de la scène échappe toujours aux catégorisations, faisant semblant de s'excuser, éternellement en travaux, en expérimentation sans prétendre être expérimenté. Les champignons, les sujets graves et chansons gaies prospèrent dans cette indétermination, au cœur de la forêt profonde de la création. Les placards en préfabriqué y retournent à l'état sauvage, déstructurés à coup de scie mécanique, à la recherche de nouveaux agencements. Moyennement rassurante, Viviana feint avec drôlerie de ne pas être ici en représentation, avant par surprise de nous y replonger. Il s'agit sans doute avant tout de savoir retourner dans un délicieux état d'enfance, avec assez innocence pour ne comprendre dans un discours politique que des absurdités, avec assez de simplicité pour faire semblant de boire du thé dans des tasses imaginaires. Jubilation.

    danse,théatre,performance,viviana moin,carreau du temple

    Passiflore et champignons dans la forêt profonde de Viviana Moin vu au carreau du temple le 14 septembre 2019 avec le festival Jerk Off

    Guy

    Photo Nicole Miquel

  • Aprés l'amour

    J'y repense encore.
     
    Parce que l'art que David noir est d'une absolue honnêteté. En plus d'être débordant, singulier. Rien en coulisse et maquillage à vue, tout déballé à nu. Les effets scéniques s'avouent (Par exemple pourquoi ne pas commencer par la regrettée Agnès Varda, puisque tout le monde aime les vieilles sympathiques).... Les masques restent des masques, les corps restent des corps, les sexes restent des sexes, les voix chantent en direct. Le tout imprévisible (plutôt qu'improvisé). Plus question ici de céder aux facilités de la fiction, de l'incarnation et de la continuité. Juste le poids des situations, le choc des images. Le résultat peut être vécu par certains comme provocant... Pour moi cet attitude témoigne d'une haute forme de respect pour le spectateur. Avec peu de moyens matériels une superproduction foisonne en 3D: des dizaines de personnages, plateau foutraque, vidéo, vrai gâteau, pianiste, poésie crue, et animaux.

    2019-05-20 20.58.49-1.jpg

     
    Parce que pourtant c'est émouvant. D'une tristesse infinie. Ce qui n'exclue pas les fous rires. Il est ici encore question d'amour. L'amour vrai, au bout de ses pulsions, jusqu'à l'obscène et la pornographie, jusqu'au delà du mauvais gout, une fois toute l'eau de rose décapée. La pièce est jouée en variations déchirantes sur la chanson "Un accident" de Michel Sardou. Souvent la nudité y dit ce que seule la nudité est capable de dire, et les costumes prennent la parole aussi.

     
    Parce que "Mobil'Homme" dit chaque instant, et en toute intensité, se passer "après". Après l'accident, après la séparation, après le divorce, après la fin des illusions, après la post modernité, après la fin de l'histoire, après la réduction des subventions et la mort de la culture, après la chute du mur, après le réchauffement climatique. Après la présentation de la veille, qui, parait-il, était plus forte encore. Une post-proposition. En ce moment, que reste-t-il à dire quand tout a déjà été dit ? Sinon le redire plus fort encore, et oser en tous sens. Extraire et remuer les souvenirs d'un passé qui s"éloigne hors de vue comme le rivage. Surgissent dans le désordre nombre de monstres sacrés, sublimes et surannés, qui ne font plus peur, encore rêver: Mister Hyde et Nosferatu, Marilyn et Dracula, Kirk Douglas et le monstre de Frankenstein, le tueur à la tronçonneuse et le requin des dents de la mer, d'autres encore... Peut être sans le savoir sommes-nous déjà tous morts, mais à regarder en arrière nous nous souvenons avoir été vivants.

    2019-05-20 21.54.24B.jpg

     
    Mobil'homme de David Noir vu au Générateur de Gentilly le 20 mai 2019
     
    Guy
     
    photos GD
  • Science, non fiction?

    Expo Scientifiction , Blake et Mortimer au musée des Arts et Musée des arts et métiers: on découvre avec émotion 60 planches (sauvées du pillage) , calques, story-board d'Edgar P. Jacobs, témoins de son travail minutieux et acharné, ainsi que des objets de sa collection: maquettes, documentation préparatoire. Ces œuvres d'art dialoguent avec les artefacts issues des collections du Musée, pour souligner l'omniprésence des sciences et techniques dans le travail d'EPJ. Mais dommage que la mise en scène de l'expo, structurée autour des 4 éléments (Terre, eau, feu, air) ne se saisisse pas d'enjeux évidents de la série au regard de notre sensibilité contemporaine et du lieu: les contradictions et tensions entre les "progrès" de la science, et le bien-être de l'humanité,la survie de la planète.

    2019-09-04 15.21.44.jpg

    2019-09-04 14.55.01.jpg

     

    Je développe: depuis le début de son œuvre de science fiction, Edgar P. Jacob joue les prophètes (de malheur). Le cycle de ''l'Espadon" commence fort avec la 3ème guerre mondiale où l'on voit la civilisation se consumer sous le feu des engins de destruction massive. Le professeur Mortimer rétablit l'équilibre dans la course aux armements par la mise au point de son arme secrète.

    2019-09-04 15.08.06.jpg

    2019-09-04 14.50.11.jpg

    Les albums suivants ne voient pas Mortimer se consacrer à quelque activité scientifique pour le bien de l'humanité mais s'opposer aux entreprises de savants fous qui entendent l'asservir par le contrôle mental (La marque jaune) ou dérégler le climat (SOS météores) avec des effets catastrophiques sur toute la planète: 60 ans plus tard, le monde en est là. Les happy-end de circonstance à la fin de chaque album, avec le concours du super-flic Blake, ne trompent personne: chez Jacob le pessimisme est implacable, obstiné. La technologie des atlantes (l’énigme de l’Atlantide) ne protègent pas ce peuple ci contre guerre et cataclysme, le seul salut possible est dans la fuite, vers les étoiles. La machine à voyager dans le temps du "Piège diabolique" nous révèle un avenir terrifiant, moins enviable encore que le darwinisme impitoyable de la préhistoire et les troubles sociaux du moyen-age vus avant: apocalypse nucléaire et masses humaines à nouveaux asservies par les moyens techniques sophistiqués de surveillance et de maintien de l'ordre. Et d'albums en albums, l’amoral Olrik joue avec le feu scientifique pour en retirer son profit à court terme. Jacob nous parle, plus que jamais, du monde qui vient et d'utopies qui meurent.

    Guy

    Au musée des arts et metiers

  • Nouvelles divas

    Le jazz n'est pas mort. Ses interprètes rajeunissent et son public vieillit. Sur les gradins beaucoup d'habitués ont amené leurs coussins et petites laines, et personne ne se risquera à danser. Pourtant sur scène le tempo bat son plein et les belles divas la jouent sexy, cheveux blonds et voix d'ébène, feignent de hurler à l'amour comme des corps et âmes esseulés, aussi bonnes actrices que chanteuses. Ster Wax vient de Barcelone, Denise Gordon des Caraïbes Britanniques, et leurs chants tout droit des traditions afro-américaines.  
    En 1ere partie Ster Wax, l'organe rappeux et électrique, dévale sur les montagnes russes du boogie -woogie, le piano mitraille, la section rythmique slape et claque. Le saxophoniste Drew Davis, l'homme clé de la soirée, pimente d'un jazz joyeux cette base rythm & blues. 
     
     
    Puis Denise Gordon remonte encore dans le temps, aux sources du gospel et de la Nouvelle Orléans, nous emmène au Mardi gras, rend hommage à Mavis Staple, l'orgue gronde comme à la messe du dimanche matin. 
    Les deux belles, chacune et à l'unisson, soutenues par les impeccables riff de la section de cuivres, paient de beaux tributs à Aretha Franklin, désormais immortel étalon d'une forte féminité. 
    Il y a, en apothéose de cette soirée riche de bonnes vibrations, un moment de pure beauté. Denise Gordon entonne A change is gonna come de Sam Cooke, complainte intime, spirituelle et militante, gorgée d'espoir et de confiance. Chant et cuivres entremêlent, beaucoup se sont levés pour se rapprocher de la scène, tout s'envole vers le ciel.
     
     
    Denise Gordon, Ster Wax, au La baule Jazz Festival, le 12 aout 2019
     
     
    Guy

  • Venus de loin

    Le lieu d'abord: quelque part dans l'imaginaire de la méditerranée. Il y a, énorme, cette montage noire sur laquelle on installe un arbre solitaire, une montagne à gravir, d'où chuter. C'est le décor où s'imposent ces grands tableaux nocturnes et somptueux, peuplés d'hommes en costumes et de femmes en robes élégantes, ou d'une nudité blafarde en clair obscur. Grappes d'hommes, grappes de femmes qui convergent pour des séductions qui ressemblent à des défis. Les rassemblent aussi des cérémonies, des jeux... Dans l'organisation de ces attractions, l'image fixe, grand format paysage, fascine et importe autant que les mouvements. L'image est forte de ce qu'elle retient, des métamorphoses à venir. Les équilibres des danseurs se font fragiles, contraints et douloureux, en toute humanité, d'abord pour traverser la scène perché sur ces fameuses chaises... est ce la marque d'un héritage encombrant? Surtout comment est ce, que l'on ressent cette grâce toujours présente, dans les moments de calme et ceux plus tumultueux? Ces tumultes viennent à leur heure, naturellement. De la Méduse à Saint-Sébastien, les thématiques s’enracinent loin, denses et intimes, belles et monstrueuses.
     

     

    Since She, création de Dimitris Papaioannou pour le tanztheater Wuppertal , vu à la grande Halle de la Villette le 8 juillet 2019.

    Guy

  • Tiens, voilà du boudin

    Le texte presse bien fort où ça couine, tout au long de cette fable cruelle: une famille renie un fils qui ne parvient plus qu'à s'exprimer qu'en langage des porcs. Nulle fin heureuse à espérer, pas une once de pitié, juste un inexorable enlisement: l'humanité se vautre et se dissout dans le purin, le boudin. C'est noir, comme le sang. Gare: on est toujours le cochon de quelqu'un. La mise en scène organise sur le retournement de perspective: le fils a l'apparence d'un jeune homme sain, alors que les autres protagonistes portent des masques bestiaux qui trahissent leurs vices. Ainsi que leur monstruosité, devenue la norme, définie par leurs actes. Ils feront sa fête au cochon. Subsidiairement, la pièce aujourd'hui nous interroge quant à nos comportements vis à vis des autres espèces animales, dont quelques gènes nous séparent. Ce soir pas d'espoir et une méchante énergie sur le plateau: des corps déchaînés, du trash qui éclabousse, et de l'humour saignant. Çà fait du boucan. C'est impressionnant, et cohérent.
     

    P1023374.00_58_48_10.Image fixe009.png

     
    La fête du cochon, texte de Peter Turrini, mise en scène Marie Brugière et Majan Pochard vu au Théatre 13 le 18 juin 2019
     
    Guy
     
    photo avec l'aimable autorisation de la compagnie
  • The Big Note

    Le gros son nous enveloppe, un extraordinaire bourdonnement: place aux saxophonistes venus d'ailleurs. Les officiants sont enveloppés dans des préservatifs géants, affublés d'étranges couvre-chefs, avec un orifice pour le bec. Les costumes irradient et nous renvoient les vibrations des couleurs avec celles des notes. Ils avancent 10 ou 20 ou 30 à l'unisson, en tenues de décontamination musicale, cosmonautes culturels, pompistes de cérémonies, extraterrestres impavides aux langages intraduisibles. Il avancent en majesté, glissent en souffle continu et nous enveloppent dans leurs boucles, c'est une impressionnante procession de derviches souffleurs.

    2019-05-26 16.26.23.jpg

    L’exiguïté du lieu d'accueil, à l'abri des murs épais des frigos ne permet pas aux performeurs de nous entourer. Mais la note partagée vibre, rebondit, domine, en quatre dimensions. The big note, belle et entêtante, de tout son volume sans jamais être oppressante, portée par des courts motifs implacables. Les octaves s'entassent et résonnent, portées par la chorégraphie des saxophone, voix, guitare vibraphones. Plein les oreilles, l'ivresse me gagne. La musique n'est ni savante ni populaire: essentielle. La musique est une ascension.

    Urban Sax vu et entendu le 26 mai aux Frigos

    Guy

  • La vie sur les os

    Elle porte les fleurs comme des épines, et son corps comme une extase, à l'ultime douleur. Oui elle offre, sans tricher, place les enjeux à hauteur de l'existence. Ni compromis ni contingences, le gris de la peau s'écorche aux aspérités des murs, s’abîme en chutes brutes. Il y a alors un bruit qui claque, qui rythme la poésie convulsive qui lui vient aux lèvres, telle une blessure qui se répand en une médiation à voix haute, échevelée, de sauts en abandons. Tout cela na rien de triste, la vie l'agite dans toute son intensité. Presque nue, lucide, absolue, toutes vertèbres à vif, que lui reste-t-elle à donner, la peau tendue sur ces os, à retourner, à écorcher? Encore une respiration lourde la soulève, les muscles se tendent et saillent et rien du corps n'est superflu, ne reste que ce corps, et tout ce corps. Son sourire rit aux éclats, de férocité et sauvagerie, se donne yeux dans les yeux. Comme chacun elle disparait, l'image persiste.

    Je ne danse pas, j'offre mes os , mes par Jean Daniel Fricker, interprété par Céline Angèle vu le 21 mai 2019 à l'espace culturel Bertin Poirée

    Guy

    60938854_1071831106334186_1884862259163824128_n.jpg

     

  • Frasq(s)

    Tant d'images, tant de sons, tant de tout, à s'abandonner en totale innocence. Dés le début, m'entoure le chaos, ou alors se contracte vers la fin sans claire conclusion. Entropie. Des indices émergent sur ce qui va venir ou planent des réminiscences de ce qui fut. Ici la féminité se caricature en prothèses de plastique, qui disloquent les stéréotypes. Des révolutions éructent et s'ignorent, ou tentent en vain de se tendre la main. D'où viennent ces voix, où se perdent-elles? De quelques prophètes qui prêchent dans le désert, des micros hors de vue. Dans des enveloppes, des mots d'amour. Je me plonge dans ce flot qui m’accueille doucement. Un corps s'offre aux pinceaux, comme absent à lui même. Regards sans explications. Je m'immobilise pour que tout bouge autour. Là sur un corps voilé de noir, le sourire d'un téton. Tourbillon, je parcours mais sans rien figer, ni parvenir à rien définir. Il y a à deviner sur l'état du monde, beaucoup, se laisser éblouir par des éclats de beauté, nombreux. Des morceaux d'émotions, feux d'artifices. Je m'avance, ose sur le blanc de la peau un trait de couleur, me recule aussitôt. Tout sera effacé, mais plus tard. Le grotesque ricane, cache-cache avec l'obscène. Sous les réalités grouillent les vérités. Trois jeunes femmes dansent comme chez Matisse. Tout se disperse à reconstruire. Une guitare jazz me fait monter en rythme. Les slogans et utopies se perdent dans les échos des chants. Encore des enfants courent et gloussent. A la sono un tube réconcilie les mémoires, transcende la trivialité. Les énergies fluent et refluent. Des nudités s'osent ou se refusent. Des révoltes fusent. Des dentelles dansent. Ni dessein intelligent, ni chefs d'orchestre, mais le chaos créateur, des frictions et des complexités qui s'entrechoquent. Rien à attendre ni regretter, tout à vivre dans l'instant, et loin des yeux les graines qui vont geler ou germer. J'y plonge.

    2019-02-09 21.37.39.jpg

    2019-02-09 21.55.17.jpg

    2019-02-09 21.13.16.jpg

    2019-02-09 20.40.13.jpg

    2019-05-11 22.02.09.jpg

    2019-05-11 20.59.38.jpg

    2018-10-20 21.59.25.jpg

    2019-02-09 21.21.52.jpg

    2019-05-11 22.35.39.jpg

     

    2019-02-09 21.42.34.jpg

    2019-02-09 21.40.58.jpg

    2019-05-11 21.57.26.jpg

    2019-05-11 21.06.21.jpg

    2018-10-20 22.09.48.jpg

    2018-10-20 21.14.13.jpg

    Show Your Frasq au Générateur , prochaine édition le 27 juin

    mots et images: Guy

    Dans les archives :

    Show Your Frasq #4 , 

    Show Your Frasq #2

    Show Your Frasq #1